1800 – 1810

1800
NOEL, G., La Science géométrique dans l’Inde ancienne, Versailles: Typographie Cerf, 1800, 46 pp.
British Library

1801
ANQUETIL-DUPERRON, Abraham Hyacinthe (ed.), Upanisad. Oupnek’hat, id est, Secretum tegendum, continens opus ipsa in India rarissimum…doctrinamet quatuor sacris Indorum libris… ad verbum e Persico idiomate, samskreticis vocabulis intermixto in latinum conversum… studio et opera Anquetil Duperron…, translated from Persian, 2 vols, Paris:
Argentorati, 1801, 1,801 pp.
NUMM- 134411 < Volume 1 | Gallica
NUMM- 134412 < Volume 2 | Gallica

Après la polémique qui suivit la publication de sa traduction du Zend-Avesta, Anquetil-Duperron poursuivit ses travaux en se concentrant sur l’Inde et se lança dans la traduction d’un manuscrit persan comportant une cinquantaine d’Upanishad rapporté d’Inde par le colonel Gentil. Il le traduisit en français en 1786-1787 (et le publia partiellement dans ses Recherches historiques et géographiques sur l’Inde), mais, insatisfait du résultat, reprit son ouvrage en optant pour le latin qui lui semblait plus proche de l’ordre des mots persan, comme il le rapporte dans son avertissement au lecteur (Monitum ad Lectorem, p. ii). Ce ne fut qu’en 1801, trente ans après Le Zend-Avesta et après la tourmente révolutionnaire, que parut la traduction latine, intitulée Oupnek’hat, id est, Secretum tegendum (2 vol., Strasbourg, 1801-1802). Bien qu’il s’agisse de la retraduction de la traduction persane réalisée par le prince moghol Dara Shikoh au XVIIe siècle d’après l’enseignement des brahmanes, l’ouvrage, abondamment annoté et fortement digressif, constitue la première traduction européenne d’un ensemble de textes védiques au fondement de l’hindouisme, et connut un grand rayonnement, par l’intermédiaire de Schopenhauer en particulier qui en fit son livre de chevet.

After the controversy that followed the publication of his translation of the Zend-Avesta, Anquetil-Duperron continued his work by focusing on India and began to translate a Persian manuscript consisting of around fifty Upanishads brought back from India by Colonel Gentil. His first translation took him about a year from 1786 and extracts were published in his Recherches historiques et géographiques sur l’Inde. However, dissatisfied with the result, he revisited the translation, opting for Latin which seemed to him more faithful to Persian word order, as stated in his introduction (Monitum ad Lectorem, p. ii). This Latin translation, Oupnek’hat, id est, Secretum tegendum (2 vol., Strasbourg, 1801-1802), was published only in 1801, thirty years after the Le Zend-Avesta France’s revolutionary turmoil. Although Anquetil-Duperron’s work is the retranslation of the Persian translation made by the Mughal prince Dara Shikoh in the seventeenth century, following Brahmin precepts; this copiously annotated text, full of digressions, is the first translation by a European of a set of Vedic texts from the earliest beginnings of Hinduism. The translation was disseminated widely, notably by Schopenhauer for whom it was bedside reading.
[CLB]

DELANGLE (DE MORTAGNE), Le citoyen, Essai historique sur les colonies orientales, depuis la paix de 1783. Par un adjoint à l’État-major de l’Armée du Rhin…, Alençon: Malassis-Cussonière, 1801, 52 pp.
NUMM- 5836596 | Gallica

GRANDPRÉ, Louis-Marie-Joseph Ohier, comte de, Voyage dans l’Inde et au Bengale, fait dans les années 1789 et 1790; contenant la description des îles Séchelles et de Trinquemalay, des détails sur le caractère et les arts industrieux des peuples de l’Inde, la description de quelques pratiques religieuses des habitans du Bengale. Suivi d’un voyage fait dans la Mer Rouge, contenant la description de Moka, et du commerce des Arabes de l’Yémen; des détails sur leur caractère et leurs moeurs, 2 vols, Paris: Dentu, 1801, 606 pp.
NUMM- 75305 < Tome 1 | Gallica
NUMM- 75306 < Tome 2 | Gallica

MICHAUD, Joseph, Histoire des progrès et de la chute de l’empire de Mysore, sous les règnes d’Hyder-Aly et Tippoo-Saïb, 2 vols, Paris: Giguet, 1801, 850 pp.
Google Books [volume 1] [596 pages]
Google Books [volume 2] [456 pages]

1802
FANTIN-DESODOARDS, Antoine-Étienne-Nicolas, Heyder, Azeima, Typoo-zaeb. histoire orientale, translated from Malabar, 3 vols, Paris: Barba, 1802, 785 pp.

SEVIN, François, Simon-Jérôme BOURLET DE VAUXCELLES, and Antoine SÉRIEYS (eds), Lettres sur Constantinople, de M. l’abbé Sevin,… au Cte de Caylus, suivies de plusieurs lettres de M. Peyssonnel,… et d’autres savans… au même, contenant des détails curieux sur l’empire ottoman. On y a joint la relation du consulat de M. Anquetil à Surate… un mémoire du savant Beschi sur le calendrier de l’intérieur de l’Inde, Paris: Obré, 1802, 468 pp.

1803
AUDE, Joseph M., and L.-S. LION, Madame Angot au Malabar ou la nouvelle veuve, Paris: Fages, 1803, 34 pp.
Google Books

CHARPENTIER DE COSSIGNY, Joseph-François, Moyens d’amélioration et de restauration proposés au Gouvernement et aux habitants des colonies; ou, Mélanges politiques, économiques, agricoles, et commerciaux, etc., relatifs aux colonies, 3 vols, Paris: Delalain, 1803, 1,301 pp.

COURCY, Mr, A. B. de BASSELIN and Alexis-Joseph SAINT LUBIN DE PALLEBOT, Tableau religieux et politique de l’Indostan, ou, Précis historique des révolutions de l’Inde ; suivi de deux mémoires présentés en 1781, à Louis XVI, par l’auteur de cet ouvrage, contenant un plan pour anéantir la puissance anglaise dans l’Inde, et d’un troisième sur les moyens actuels d’y parvenir encore, Paris: Marchant, 1803, 472 pp.
Hathi Trust

VIAL, Jean-Baptiste-Charles, Aline reine de Golconde: opéra en trois actes, Paris: Masson, 1803, 48 pp.
Gallica [53 pages]
Google Books [38 pages]

VIAL, Jean-Baptiste-Charles and de FAVIERES, Edme Guillaume François, Aline, reine de Golconde, opéra en trois actes, Paris: Masson, 1803. 35 pp.
Google Books

1804
DUBOIS, Jean-Baptiste, Tipoo-Saïb, ou la Prise de Séringapatam, mélodrame historique, en trois actes, en prose, Paris: Barba, 1804, 36 pp.

RIBIÉ, César, Petit-Pot ou Les Bouchers et les Charbonniers, parodie de Tipoo-Saïb, en trois intermèdes, Paris: Fages, 1804, 16 pp.

1807
LEGOUX DE FLAIX, Alexandre, Essai historique, géographique et politique sur l’Hindoustan, avec le tableau de son commerce, ce dernier pris par une année moyenne depuis 1702 jusqu’en 1770, époque de la suppression du privilège de la Compagnie des Indes orientales, 2 vols, Paris: Pougin, 1807, 922 pp.
Google Books [volume 2] [448 pages]

PERRIN, Michel, Voyage dans l’Indoustan, 2 vols, Paris: Perrin, 1807, 675 pp.

1808
MONTMIGNON, Jean-Baptiste, Choix des Lettres édifiantes, écrites des Missions étrangères. IV: Missions de l’Inde, Paris: Maradan, 1808, 631 pp.
Google Books [volume 1]
Google books [volume 2]

1809
POLIER, Henri, Mythologie des Indous, 2 vols, Paris: Schoell, 1809
Google Books [volume 1]

This work by Colonel Henri Polier, a Swiss of French origin who worked for the British in India proposes a synthesizing approach to the epics from the Mahabharata, the Ramayana as well as the Bhagavata Purana. The book, which was praised by Dumézil, is actually the work of his cousin Isabelle Marie Elisabeth Polier (1740–1817), using the notes he brought back to Europe from his stay in Northern India from 1758 to 1788. She embroiders the text with a discourse typical for the start of the nineteenth century which re-energised an interest in Indian mythology by linking it back to the question of religion as it was then elaborated by those studying myth in the German romantic tradition. They saw India as the cradle of a primitive form of divine revelation.

Salué par Dumézil, l’ouvrage du colonel Henri Polier (1741–1795), Suisse d’origine française au service des Anglais en Inde, propose une présentation synthétique des épopées du Mahâbhârata et du Râmâyana ainsi que du Bhâgavata Purâna. C’est en fait l’œuvre de sa cousine Isabelle Marie Elisabeth (1740–1817), d’après les notes rapportées par son cousin de son séjour en Inde du Nord de 1758 à 1788, qu’elle assortit d’un discours caractéristique du début du XIXe siècle, qui remotive l’intérêt pour la mythologie indienne en renouant avec l’enjeu religieux tel qu’il se trouve désormais formulé par les mythologues romantiques allemands voyant en Inde le conservatoire d’une forme primitive de Révélation.
[CLB]


Annotator:
[CLB] Claudine Le Blanc, Université Paris 3 (Sorbonne nouvelle), France

Leave a Reply