1790 – 1800

1790
[no author], Commerce de l’Inde: danger d’une liberté trop indéfinie, Paris: Didot jeune, 1790, 4 pp.

LE BRASSEUR, R., De L’Inde, ou réflexions sur les moyens que doit employer la France relativement à ses possessions en Asie, Paris: Didot, 1790, 144 pp.

MALOUET, Pierre-Victor, Opinion de M. Malouet, sur le commerce de l’Inde, [s.n.], ca. 1790, 10 pp.
Gallica

MONNERON, Louis (ed.), Mémoire lu à l’Assemblée nationale en faveur des colonies françaises aux Indes (15 octobre 1790), Paris: Prault, 1790, 36 pp.

1791
BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Henri, La Chaumière indienne, Paris: Didot, 1791, 130 pp.
Google Books

Bernardin de Saint-Pierre never visited India; but he had spent two years in Mauritius where he observed ‘Malabar’ Indians, and discovered the rich natural world of the tropics. The latter is powerfully evoked in his best-selling sentimental novel Paul et Virginie. The Chaumière indienne however is Bernardin’s most Voltairean work: a philosophical tale centred on the quest for truth, in which satire initially predominates over feeling. The protagonist, representing the Royal Society of London, travels the world seeking answers from religious and erudite bodies, who contradict each other. Finally he reaches the great temple at ‘Jagernat’ (Jagannath), where he is shocked by the wealth, arrogance and bigotry of the Brahmin priesthood. This contrasts with the simplicity of a pariah and his family, who shelter him in their cottage protected by a huge banyan tree. The outcast explains how he learned wisdom from suffering. Fleeing the inhuman city (Delhi) with the woman he saved from suttee, he has found happiness in nature. Anti-clerical and theist, Bernardin’s tale with its substantial ‘Avant-propos’ was published in the first years of the French Revolution and had considerable success. He followed it with the deistic Café de Surate, a less poetic fable in which the Indian setting is only nominal.

Bernardin de Saint-Pierre ne s’est jamais rendu en Inde, mais il avait passé deux ans à île Maurice où il a observé des ‘Malabars’, et où il a découvert les paysages riches des tropiques. Ce sont ces contrées qu’il évoque dans son roman sentimental à succès Paul et Virginie. Cependant La Chaumière indienne est l’œuvre la plus voltairienne de Bernardin : c’est un conte philosophique qui traite d’une quête de la vérité, dans lequel le satire l’emporte sur le sentiment. Le personnage principal, en mission pour la Royal Society de Londres, voyage à travers le monde à la recherche de réponses aux questions ontologiques fournies par des corps d’érudits et d’hommes de la foi, qui finissent par se contredire. Enfin le chercheur arrive au grand temple de Jagannath, où il est choqué par la richesse, l’arrogance et l’esprit borné des prêtres brahmines. Bernardin esquisse un contraste entre les Brahmines et la simplicité d’un paria et de sa famille, qui l’héberge dans leur chaumière dans l’ombre d’un énorme banyan. L’hommi banni explique comment sa sagesse est née de la souffrance. Se sauvant de la grande ville inhumaine (Delhi) avec la femme qu’il a sauvée de suttee, ce paria a trouvé son bonheur au sein de la nature. D’inspiration anticlérical et théiste, le conte de Bernardin, muni d’un ‘Avant-propos’ d’envergure, a été publié au cours des premières années de la Révolution française et a connu un succès considérable, puis Bernardin a enchaîné avec une fable d’inspiration déiste, nommée Le Café de Surate, une œuvre moins poétique dans laquelle le cadre indien n’est que superficiel.
[RH]

MONNERON, Louis, Réponses aux objections contre le rétablissement de Pondichéry, présentées à MM. les membres de l’Assemblée nationale, 20 février 1791, Paris: Potier de Lille, 1791, 14 pp.
NUMM- 5842654 | Gallica

ROCHON, Alexis-Marie de, Voyage à Madagascar et aux Indes orientales, Paris: Prault, 1791, 386 pp.
Volume 1 – Gallica [1801 Edition]
Volume 3 – Gallica [1801 Edition]

SOUILLAC, François de, Mémoire en défense destiné à être produit au Conseil de guerre par M. de Souillac. Preuves de la fausseté des accusations du sieur Beurnonville, Paris: Guerbart, 1791, 31 pp.

1792
BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Henri, Le Café de Surate, Paris: Didot, 1792, 483 pp.
Gallica [pp. 397-411]

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Henri, Suite des Vœux d’un solitaire, Paris: Didot, 1792, 483 pp.
Gallica

1793
Les mémoires francophones de l’Académie royale de Prusse, actuellement Berlin-Brandenburgischen Akademie der Wissenschaften, références rassemblées et commentées par BC-C

1794
MOLINE, Pierre-Louis, Mémoire historique et politique sur les Indes orientales ou l’Exposé succinct des grands avantages que la République française pourrait retirer de ses nouveaux établissements dans cette partie du monde pour y balancer le pouvoir britannique et y faire respecter les décrets d’un peuple souverain, présenté à la Convention nationale, Paris: Maret, 1794, 35 pp.

1796
FANTIN-DESODOARDS, Antoine-Étienne-Nicolas, Révolutions de l’Inde pendant le dixhuitième siècle, ou Mémoires de Typoo-Zaeb, sultan du Maissour, écrits par lui-même et traduits de la langue indostane]…, 2 vols, Paris: Bridel, 1796, 358 pp.
Google Books

Les mémoires francophones de l’Académie royale de Prusse, actuellement Berlin-Brandenburgischen Akademie der Wissenschaften, références rassemblées et commentées par BC-C

1798
ANQUETIL-DUPERRON, Abraham-Hyacinthe, L’Inde en rapport avec l’Europe, ouvrage divisé en deux parties: la première sur les intérêts politiques de l’Inde; la deuxième sur le commerce de cette contrée…, 2 vols, Paris: Lesguilliez, 1798, 812 pp.
Google Books

BONAPARTE, Lucien, La Tribu indienne, ou Édouard et Stellina, 2 vols, Paris: Honnert, 1798, 407 pp.
Google Books

CHARPENTIER DE COSSIGNY, Joseph François, Voyage à Canton à la Chine, par Gorée, le cap de Bonne-Espérance et les îles de France et de la Réunion, suivi d’observations sur le voyage à la Chine de Lord Maccartney et du Citoyen van Braan et d’une Esquise des arts des Indiens et des Chinois, Paris: André, 1798, 607 pp.
Gallica

CHARPENTIER DE COSSIGNY, Joseph-François, Voyage au Bengale, suivi de Notes critiques et politiques; d’observations, sur celui de Stavorinus (chef d’escadre de la Rép. Batave) dans la même contrée; d’une notice sur le Japon; et de la description de la culture du riz dans l’Asie, etc., 2 vols, Paris: Émery, 1798, 624 pp.
Google Books [Vol. 2]

FANTIN-DESODOARDS, Antoine-Étienne-Nicolas, Le Désert du Zend, ou Histoire des malheurs et aventures de Zama et du sultan de Maissour, depuis son départ de la Perse jusqu’à l’époque de son retour dans ses États, 2 vols, Paris: Pigoreau, 1798, 346 pp.
Gallica [Vol. 1]

PREVOST-MONTFORT, P., Tenais et Želivka, ou, la liberté́ dans l’Inde, tragédie en cinq actes, etc., Paris: Barba, 1798, 46 pp.
Hathi Trust


Annotator:
[RH] Robin Howells, Birkbeck College, University of London, UK

Leave a Reply