1770 – 1780

1770
FAVART, Charles-Simon, L’Amitié à l’épreuve, comédie en 2 actes et en vers mêlée d’ariettes, représentée devant Sa Majesté, à Fontainebleau, le 13 novembre 1770, Paris: Ballard, 1770, 68 pp.
NUMM- 6148635 | Gallica | Google Books

FRAMERY, Nicolas-Étienne, L’Indienne, comédie en 1 acte mêlée d’ariettes, représentée pour la première fois par les comédiens italiens ordinaires du Roi, le 31 octobre 1770, Paris: Duchesne, 1770, 44 pp.
Google Books

GRENIER, Jacques-Raymond de, Mémoires de la campagne de découvertes dans les mers des Indes, où il propose une route qui abrège de 800 lieues la traversée de l’Isle-de-France à la côte de Coromandel et en Chine, Brest: Malassis, 1770, 42 pp.
NUMM- 5806502 : édition de 1772 | Gallica | Google Books

LA FLOTTE, de, Lettres des Indes, à l’auteur du “Siècle de Louis XIV”, Amsterdam and Paris: Mérigot, 1770, 16 pp.

LO-LOOZ, Robert de, Les Militaires au-delà du Gange, 2 vols, Paris: Bailly, 1770, 986 pp.

MARSOLLIER DES VIVETIÈRES, Benoît-Joseph, Contes très-mogols, enrichis de notes, avis… à l’usage des deux sexes, par un vieillard quelquefois jeune…, Geneva and Paris: Valade, and Lyon: Cellier, 1770, 213 pp.
Google Books

RAYNAL, Guillaume-Thomas, Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, 6 vols, Amsterdam: [n. pub.], 1770, 2,137 pp.
NUMM- 109687 < Tome 1 | Gallica
NUMM- 109688 < Tome 2 | Gallica
NUMM- 109689 < Tome 3 | Gallica
NUMM- 109690 < Tome 4 | Gallica
NUMM- 109691 < Tome 5 | Gallica
NUMM- 109692 < Tome 6 | Gallica
Google Books

A collective work, created in the wake of France’s defeat in the Seven Years War and to which the most famous contributor was Diderot, the Histoire discusses the colonial activities of England, France, Spain, Portugal and Holland, while providing an overview of the various critical perspectives on European encounters overseas. The first five volumes of the ten which make up the sixth edition are devoted to the Indian subcontinent.

The analysis of India offered here is notable for its inclusion of a detailed portrayal of the bayadères in the trading post of Surat (II, 114–18). This article, ostensibly seeking to establish how these ‘séminaires de volupté’ came into existence, climaxes with a fantastical representation of the dance of the bayadères. Subsequent authors dealing with India, such as Le Maistre de la Tour in his history of Hyder-Ali (1783), cite Raynal as justification for their inclusion of depictions of the bayadères. In terms of its methodological approach, HDDI was the first widely disseminated French text to privilege Sanskrit sources over erroneous European interpretations and speculations (notably with reference to the rite of sati (I, 71)) and to condemn British abuses in Bengal after the famine of 1770 (II, 67–68).

Conçue dans la foulée de la défaite de la France dans la Guerre de Sept Ans, l’Histoire est un ouvrage collectif dont le plus célèbre collaborateur fut Diderot. L’Histoire interroge les activités coloniales de l’Angleterre, de la France, de l’Espagne, du Portugal et de l’Hollande en fournissant au lecteur d’une vue d’ensemble des perspectives anticoloniales sur les entreprises européennes dans les Indes orientales et dans le Nouveau Monde. Les cinq premiers tomes des dix de la sixième édition sont consacrés au sujet de l’Inde.

L’analyse de l’Inde inclut un tableau détaillé des bayadères qui se trouvent dans le comptoir de Surat (II, 114–18). Bien que le but apparent de l’article soit d’expliquer les origines de ces ‘séminaires de volupté’, l’article atteint son point culminant avec une représentation fantastique de la danse des bayadères. Des écrivains successifs, tels que Le Maistre de la Tour dans son histoire d’Hyder-Ali (1783), avance cet article de Raynal en tant que justification pour leur propre inclusion des descriptions des bayadères. Vue sa méthodologie, l’HDDI fut le premier texte rédigé en français de se servir des sources sanskrites au lieu des récits erronés des Européens (en particulier en ce qui concerne le rite de sati (I, 71)); il fut également le premier texte en français de condamner les abus anglais en Bengale après la famine destructive de 1770 (II, 67–68).
[KM]

USSIEUX, Louis d’, Histoire abrégée de la découverte et de la conquête des Indes par les Portugais, Bouillon, Imprimerie de la Société Typographique and Paris: Gauguery, 1770, 203 pp.
Google Books

1771
MARCHAND, Jean-Henri, Les Mémoires de l’Éléphant, écrits sous sa dictée, et traduits de l’indien par un Suisse, translated from Sanskrit, Amsterdam and Paris: Costard, 1771, 78 pp.
Google Books

MARCHAND, Précis historique des deux sièges de la ville de Maduré, capitale du royaume de ce nom, dans l’Inde, faits par les Anglais avec toutes leurs forces réunies et celles de Mahamet-Alikan, des côtes de Coromandel et d’Orixa, en 1763 et 1764, Paris: Lejay, 1771, 514 pp.

ZOROASTRE (trans. Abraham-Hyacinthe ANQUETIL-DUPERRON), Zend-Avesta, Paris: Tillard, 1771, 1,904 pp.

The Zend-Avesta was published in France in 1771. It circulated very rapidly across Europe and was translated into German in 1776. Indeed, it was the first time that a scholar collected and translated the sacred texts of the Mazdean religion. Some of the orientalists and philosophes of the time (such as Voltaire, Diderot, Grimm, Volney, Jones and Richardson) cast doubt on its authenticity, which will only be established by Burnouf in 1833. Anquetil-Duperron travelled to Surat in order to meet with the Parsi community there and to collect their sacred manuscripts. Instead of the originals, he managed to get two priests (also called destours) into dictating them to him (from 30 March to 16 June 1759). It was only later on, once he had got back in France, that he finished the translation. The work is comprised of 3 volumes: the first one (Section 1, Part 1) contains his travel narrative, the second (Section 1, Part 2) includes a long list of annotations on the manuscripts brought back from his travels to India, a life of Zoroaster and the contents of the Vendidad Sadé (Izechné, Vispered and Vendidad), the third volume (Section 2) corresponds to the translation of the Ieschts Sadés, Si-Rouzé, and Boun-Dehesch and contains a zend-pehlevi vocabulary, along with the ‘exposition of the civil and religious customs of the Parsis’.

Le Zend-Avesta parait en France en 1771. Il circule très rapidement à travers toute l’Europe et est traduit en allemand en 1776. C’est, en effet, la première fois qu’un savant rapporte et traduit les textes sacrés de la religion mazdéenne. Certains orientalistes et philosophes de l’époque (Voltaire, Diderot, Grimm, Volney, Jones et Richardson notamment) en contestent l’authenticité, qui ne sera prouvée qu’en 1833 par Burnouf. Anquetil-Duperron était parti à Surate dans le but précis d’y rencontrer la communauté parsi et de récupérer leurs manuscrits sacrés. À défaut d’originaux, il en obtient la dictée de deux destours (30 mars–16 juin 1759). Ce n’est que plus tard, une fois rentré en Europe, qu’il en achève la traduction. L’ouvrage comprend 3 volumes: le premier (tome 1er, 1ère partie) reprend le récit de son voyage, le second (tome 1er, 2nde partie) contient une notice des manuscrits rapportés, une vie de Zoroastre et le contenu du Vendidad Sadé (Izechné, Vispered et le Vendidad), le troisième volume (tome 2nd) correspond à la traduction des Ieschts Sadés, Si-Rouzé, et Boun-Dehesch et contient un lexique Zend-Pehlevi ainsi qu’une ‘exposition des usages civils et religieux des Parses’.
[CG]

1773
BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Henri, Voyage à l’Île de France, à l’Île de Bourbon, au cap de Bonne-Espérance, etc. avec des observations nouvelles sur la nature et sur les hommes, par un officier du roi, 2 vols, Amsterdam and Paris: Merlin, 1773, 612 pp.
NUMM- 101992 < Tome 1 | Gallica
NUMM- 101993 < Tome 2 | Gallica

VOLTAIRE, Fragments sur quelques révolutions dans l’Inde, sur la mort du comte de Lally, Paris: [n. pub.], 1773, 100 pp.
NUMM- 5838882 | Gallica

In all his writings on India, including his Essai sur les mœurs (first published in 1756) and his Dictionnaire philosophique (1764), Voltaire challenged Judeo-Christian chronology by arguing that the Indians were the first people in the world, but it is in this tract, written partly on the instigation of Lally de Tollendal’s son, which synthesized much of Voltaire’s thought about India. The conceptualization which it offers of Indian history and of the Hindu religion directly influenced numerous later works including La Harpe’s play Les Brames (1783), the anonymous history Les Indiens ou Tippoo-Saïb, fils d’Hyder-Aly (1788), and Langlès’s, Fables et contes indiens (1790). The text is also an ideal example of Voltaire’s wider philosophical agenda as it is a virulent polemic in support of Lally’s rehabilitation. Voltaire’s condemnation of the execution of Lally in 1766 is unequivocal: he views it as state-sanctioned murder committed in the name of ‘justice’ (pp. 221–22). Voltaire’s attack on the Jesuitical misreadings of Indian history is lent additional force by his use of English sources, such as Holwell’s Interesting Historical Events, Relative to the Province of Bengal, and the Empire of Indostan (1766), which claimed to have consulted the ‘annales des bracmanes’ (p. 227).

Si Voltaire dans tous ses écrits sur l’Inde conteste la chronologie judéo-chrétienne, en affirmant que les Indiens furent les premiers hommes du monde, ce sont les Fragments qui constituent une synthèse de la conception voltairienne de l’Inde. Écrits en défense de Lally-Tolendal, et sur la demande de son fils, les Fragments interrogent l’histoire de l’Inde et l’Hindouisme et le traitement par Voltaire influença directement les œuvres de La Harpe (1783), l’histoire anonyme intitulée Les Indiens ou Tippoo-Saïb, fils d’Hyder-Aly (1788), et Fables et contes indiens (1790) de Langlès. En tant que tract contre l’intolérance et l’injustice, et polémique visant la réhabilitation de Lally, le texte est également un exemple frappant de la philosophie de Voltaire. Voltaire condamne sans équivoque l’exécution de Lally, en le décrivant comme un assassinat par l’état (pp. 221–22). L’attaque de Voltaire sur l’écriture erronnée de l’histoire indienne par les Jésuites se fortifie en se servant des sources anglaises, telles que Interesting Historical Events, Relative to the Province of Bengal, and the Empire of Indostan (1766) par Holwell.
[KM]

1775
BOLTS, William and Jean-Nicolas DÉMEUNIER (trans), Etat civil, politique et commerçant du Bengale ; ou, Histoire des conquêtes et de l’administration de la compagnie anglaise dans ce pays, 2 vols. The Hague: Gosse fils, 1775, 510 pp.
Gallica

D’ANVILLE, Jean-Baptiste Bourguignon, Antiquité géographique de l’Inde et de plusieurs autres contrées de la Haute-Asie, Paris: Imprimerie royale, 1775, 250 pp.

NUMM- 5652425 | Gallica | Google Books

FOURQUEUX, Madame de, Zély, ou la Difficulté d’être heureux, roman indien, suivi de Zima et des Amours de Victorine et de Philogène, Amsterdam and Paris: Duchesne, 1775, 182 pp.
Google Books

D’APRES DE MANNEVILLETTE, Jean-Baptiste-Nicolas-Denis, Instruction Sur La Navigation Des Indes Orientales Et De La Chine, Pour Servir Au Neptune Oriental, Paris: Demonville, 1775, 575 pp.
Google Books

1776
VOLTAIRE and Stanislas-Jean de BOUFFLERS, Lettres chinoises, indiennes et tartares, à monsieur Paw, par un bénédictin, avec plusieurs autres pièces intéressantes, Paris: [n. pub.], 1776, 292 pp.
NUMM- 123126 | Gallica

1777
[no author], Déclaration du Roi, sur la discipline du Conseil supérieur de Pondichéry, Paris: Imprimerie royale, 1777, 11 pp.

COEURDOUX, Gaston-Laurent, and Nicolas-Jacques DESVAULX, Moeurs et coutumes des Indiens, Pondicherry: [n. pub.], 1777, 246 pp.

MODAVE, Louis Laurent de Féderbe, Voyage en Inde du comte de Modave, 1773-1776: nouveaux mémoires sur l’état actuel du Bengale et de l’Indoustan, Paris: [n. pub.], 1777, 143 pp.
NUMM- 26103 : édition de 1971 | Gallica

1778
ANQUETIL-DUPERRON, Abraham-Hyacinthe, Législation orientale, ouvrage… montrant quels sont en Turquie, en Perse et dans l’Indoustan les principes fondamentaux du gouvernement…, Amsterdam: Rey, 1778, 312 pp.
NUMM- 6145021 | Gallica | Google Books

The work was published in Amsterdam in 1778 and has never been re-edited since then. The text is divided into three parts – the first one contains seven sections and provides general information on Eastern peoples, the second, in 3 sections, exposes the legislative codes of Turkey, Persia and India, and the last one presents, in 3 sections also, their legislation related to private property. The publication was not a successful one and seemed at odds with its time. Législation orientale is a polemical text, in which the author strongly condemns Alexander Dow’s and Montesquieu’s arguments on oriental despotism. Anquetil-Duperron’s methodology is diametrically opposed to that of the philosopher. Instead of framing his ideas on philosophical systems (such as the climate theory as in the case of Montesquieu), Anquetil-Duperron based his research on direct observations and on a painstaking study of their texts of law thus proving, on the one hand, that private property was respected in each one of these countries and, on the other hand, that both princes and subjects obeyed the same laws. This treaty is also voicing a virulent indictement against colonization. However, it contains a couple of contradictory points – such as a justification of despotism on account of the “lascivious” nature of Eastern people and a support of French expansion in India, while expressing a condemnation British colonization.

L’ouvrage paraît à Amsterdam en 1778 et n’a jamais été réédité depuis. Le texte est divisé en trois parties: la première comprend 7 sections et fournit des renseignements généraux sur les peuples orientaux, la seconde, en 3 sections, expose les codes législatifs de la Turquie, Perse et Inde, et la dernière présente, en 3 sections également, leurs législations en matière de propriété privée. L’ouvrage a peu de succès à sa parution et semble en profond décalage avec son temps. Législation orientale est un texte polémique, où l’auteur contredit fermement les thèses d’Alexander Dow et de Montesquieu sur le despotisme oriental. La méthodologie empruntée par Anquetil-Duperron est diamétralement opposée à celle du philosophe. Plutôt que d’argumenter à partir de systèmes philosophiques (comme la théorie des climats dans le cas de Montesquieu), Anquetil-Duperron se fonde sur des observations directes des sociétés et l’étude minutieuse de leurs textes de lois et prouve d’une part que la propriété privée est respectée dans chacun de ces pays et d’autre part que les princes et sujets sont également soumis aux lois. On trouve dans ce traité également une condamnation explicite et féroce de la colonisation. Néanmoins, on notera quelques aspects contradictoires, notamment une justification du despotisme chez les peuples orientaux à cause de leur caractère “lascifs” et un soutien à l’expansion française en Inde, alors même qu’il s’oppose à la colonisation britannique.
[CG]

BELLECOMBE, Guillaume Léonard de, Capitulation pour Pondichéry (17 octobre 1778), Pondicherry: Fischer, 1778, 9 pp.

LIÈVRE, D., Un marin de l’île de Ré. Jacob Dechezeaux au siège de Pondichéry en 1778, Algiers: Imprimerie Minerva, 1778, 16 pp.

1779
LE GENTIL DE LA GALAISIÈRE, Guillaume-Hyacinthe-Joseph-Jean-Baptiste, Voyage dans les mers de l’Inde, fait par ordre du roi, à l’occasion du passage de Vénus sur le disque du soleil, le 6 juin 1761 et le 3 du même mois 1769, 2 vols, Paris: Imprimerie royale, 1779, 774 pp.
Google Books

An astronomer by training, Le Gentil (1725–1792) spent ten years in the Indian Ocean (1760–1770), hoping in vain to observe the transit of Venus. The first volume of the work contains an account of his first failed attempt in June 1761, followed by his voyages to the Île de France [present-day Mauritius], Madagascar and to the Philippines. After he missed the next transit in June 1769 in Pondicherry, he devoted himself to writing a history of the monsoon and to studying the shipping routes between the Isle de France, India and the Philippines, as well as to observing the manners and customs of the Indians (including Indian astronomy). The interest of Le Gentil’s text lies in his scientific outlook.

Le Gentil (1725–1792), astronome de formation, a passé dix années (1760–1770) dans les mers asiatiques, dans l’espoir d’observer le passage de Vénus sur le disque du soleil, en vain. Le premier tome de l’ouvrage comprend le récit de son premier ratage du passage en juin 1761, suivi de ses voyages à l’Isle de France, à Madagascar, et aux Philippines. Ayant raté le passage suivant, en juin 1769, à Pondichéry à cause d’un ciel nuageux, Le Gentil se consacre dans le deuxième tome de son ouvrage à une histoire des moussons, à une étude des routes maritimes entre l’Île de France, l’Inde et les Philippines, ainsi qu’à des observations sur les mœurs et les coutumes des Indiens (y compris l’astronomie des Brahmanes). L’Intérêt de ce livre réside dans son perspective scientifique.
[GD & FD’S]


Annotators:
[CG] Claire Gallien, Université Montpellier 3, France
[GD & FD’S] Guy Deleury, Paris, and Florence D’Souza, Université Lille 3, France
[KM] Kate Marsh, University of Liverpool, UK

Leave a Reply